Strasbourg

Contact : Cantine Sans Plastiques Strasbourg – Mme Ludivine Quintallet, Présidente
projet.cantines.strasbourg@gmail.com – 06 98 40 80 98

Strasbourg est le bon exemple encourageant ! Sous la pression du collectif Projet cantine de Strasbourg, la commune a décidé en 2017 d’abandonner les contenants alimentaires en plastiques et de revenir à l’inox. “Projet Cantines Strasbourg” est créé par Ludivine Quintallet, Fanny Taulou (parents d’élèves) en octobre 2016 suite à la parution d’un article dans Rue 89 Strasbourg pour informer les Strasbourgeois de l’existence de barquettes en plastique dans les cantines. Simon Baumert apporte le soutien de Zéro Déchet Strasbourg. Ils sont rejoints par la PEEP de Strasbourg, l’APEIR (association de parents de la Robertsau). L’UFC Que Choisir du Bas-Rhin et le RES avec le toxicologue André Cicolella apportent leur soutien. L’ensemble de la presse locale, couvre ce sujet. Françoise Werckmann et Jeanne Barseghian, élues écologistes publient une tribune dans Rue 89 Strasbourg (3/11/2016). Mme Chantal Cutajar adjointe au Maire (société civile) et Mme Laurence Vaton (LREM) chimiste de formation relaient cette demande en Conseil municipal (21/11/2016). Le maire décide la création d’un groupe de travail avec les élus et les parents du collectif Projet Cantines Strasbourg.

Lors du renouvellement de l’appel d’offre sur la restauration scolaire (printemps 2017), la Mairie a accepté de faire paraître une clause demandant aux entreprises candidates l’utilisation de contenants inertes et réutilisables. L’Alsacienne de Restauration (groupe Elior), déjà prestataire, a proposé de fournir les repas dans des barquettes en inox, sans hausse de coût. Une preuve que les arguments d’ordre financier peuvent être levés ! Dès la rentrée 2017, les dix-huit selfs de la ville – dont les cantines n’avaient pas besoin d’être adaptées – ont abandonné l’usage des barquettes en plastiques et les premiers plats en inox sont arrivés devant les élèves. D’ici quatre ans, les 44 autres cantines de la ville passeront au « sans plastique ». Le changement est l’occasion d’améliorer l’ergonomie des postes de travail pour les agents et pour les enfants.

Aujourd’hui, le collectif accompagne aussi la réflexion sur la charge de travail des employés municipaux servant les repas et soutient une adaptation de la chaîne de travail permettant de la limiter (intervention d’un ergonome, réflexion sur les circulations, mise en place de chariots…).